Téléphonie mobile : L’ARPCE inflige des amendes aux trois opérateurs


Téléphonie mobile : L’ARPCE inflige des amendes aux trois opérateurs H. L. 01 octobre 2020 à 10 h 56 min 0 L’Autorité de régulation de la poste et des communications électroniques (ARPCE) a annoncé, hier, avoir infligé plus de 172 millions de dinars d’amende aux trois opérateurs de téléphonie mobile (Mobilis, Djezzy et Ooredoo), pour des «manquements» constatés en matière de couverture et de qualité de service des réseaux 4G dans certaines wilayas du pays. L’ARPCE a précisé que ces amendes ont été infligées après une «opération d’audit afin d’évaluer le niveau de prise en charge des manquements enregistrés en matière de couverture et de qualité de service». Cette opération a été menée du 16 au 25 août 2020, dans cinq wilayas : Adrar, Blida, Constantine, Djelfa et Tlemcen, selon le gendarme des télécoms. Dans le détail, l’opérateur mobile Djezzy écope de la plus lourde amende financière, d’un montant de 82,5 millions de dinars. L’ARPCE a infligé une sanction de 63,9 millions de dinars à Mobilis. L’opérateur Ooredoo écope, quant à lui, d’une amende de 26 millions de dinars, selon un communiqué de l’Autorité, publié sur son site web. Les trois opérateurs mobiles doivent s’acquitter d’un montant total de 172,5 millions de dinars. Début mai dernier, l’ARPCE avait mis en demeure les trois opérateurs de la téléphonie mobile de se conformer aux exigences de couverture et de qualité de service des réseaux 4G dans certaines wilayas du pays. L’ARPCE avait effectué, du 16 février au 12 mars 2020, une opération de contrôle et d’évaluation de la couverture et de la qualité de service des réseaux 4G des opérateurs dans cinq wilayas, parmi celles ayant fait l’objet du plus grand nombre de réclamations des abonnés sur la plateforme «réclamations» du site web de cette institution. Les résultats de ce contrôle ont fait ressortir, selon elle, que «les trois opérateurs n’ont pas satisfait certaines exigences de couverture et de qualité de service des réseaux 4G dans ces wilayas». L’ARPCE avait annoncé que la campagne devrait s’étendre progressivement à d’autres wilayas au fur et à mesure des constats de manquement. Depuis plusieurs années, les coupures intempestives d’internet fixe et la mauvaise qualité de l’internet mobile nourrissent le mécontentement des Algériens, qui ne cessent de réclamer l’amélioration de la qualité de service. Dernier exemple en date, les coupures temporaires d’internet, décidées par le gouvernement durant les épreuves du baccalauréat, ont porté un sérieux coup aux entreprises de divers secteurs, dont le manque à gagner s’élève à plusieurs centaines de millions de dollars, selon des experts. L’Algérie est souvent épinglée au sujet de la mauvaise qualité de la connexion internet par des organismes internationaux et des sites spécialisés en TIC. Avec un débit moyen de seulement 1,37 mégabit par seconde, l’Algérie été classée à la 182e place des pays et territoires ayant les vitesses internet les moins rapides au monde, selon le classement établi en février dernier par le magazine new-yorkais Ceoworld, qui a étudié 207 pays et territoires.  Algérie


El Watan
Publié la première fois le 01/10/2020 11:56
Rapport généré le 23/10/2020
Presse algérie

Plus d'articles