Suite à l’appel de l’UNOA : La grève des prétoires observée à Constantine


Suite à l’appel de l’UNOA : La grève des prétoires observée à Constantine N. Djekhar 01 octobre 2020 à 11 h 02 min 1 L’appel lancé par l’Union nationale des Ordres des avocats (UNOA) à observer une grève de deux jours à partir d’hier a été suivi par le bâtonnat de Constantine. Les salles des pas perdus au niveau de la cour de Constantine et des tribunaux de Ziadia, boulevard Belouizdad (ex-Saint-Jean), El Khroub et Zighoud Youcef ont été désertées. «Nous avons opté pour un arrêt de travail de deux jours, sans autre forme de contestation, il n’y aura aucun sit-in», nous confirme une avocate croisée sur le perron de la cour, sise au boulevard Ben Boulaïd. Les toges noires à l’Est ont répondu présent pour protester contre l’instrumentalisation de la justice et dénoncer les multiples atteintes aux droits de la défense, illustrés notamment par l’incident avec le bâtonnier, Abdelmadjid Sellini, survenu jeudi dernier à la cour d’Alger, lors du procès en appel de l’affaire Sovac. Ceux que nous avons contactés se sont accordés à dire que «cet incident était la goutte de trop», laissant ainsi exprimer «un ras-le-bol général face aux dysfonctionnements de l’appareil judiciaire». Ce faisant, les affaires programmées mercredi et aujourd’hui n’ont pas eu lieu, au grand dam des justiciables. De visu, au tribunal du boulevard Belouizdad, la seule activité est celle de la délivrance de certains documents officiels, dont le certificat de nationalité. Le bâtonnat de Constantine compte quelque 3200 inscrits. Il couvre territorialement, outre Constantine, les wilayas de Mila, Jijel et Skikda.  AlgérieAvocatsConstantinegrèveUNOA


El Watan
Publié la première fois le 01/10/2020 12:02
Rapport généré le 24/10/2020
Presse algérie

Plus d'articles