La défense dénonce un dossier monté de toutes pièces


Le verdict du procès en appel du jeune activiste du Hirak, Brahami Mohamed Azzedine, condamné au mois de novembre dernier par le tribunal de Constantine à une année de prison ferme, a été mis en délibéré pour le 6 octobre prochain. Son avocat Me Alla Amor a dénoncé  “Un dossier monté de toutes pièces”, et démonté, lors de sa plaidoirie, l’accusation qui pesait sur son client en s’appuyant sur le témoignage accablant de la victime présumée, Sara Delloul en l’occurrence qui, plus est, est une connaissance de l’accusé. Me Alla a rappelé, en effet, que la victime avait refusé à quatre reprises de parapher le procès-verbal de police incriminant Brahami Mohamed Azzedine de vol, avant de craquer dans les locaux du commissariat où elle était retenue jusque tard dans la nuit du 14 novembre dernier. Activiste, elle aussi, à Constantine, elle avait été arrêtée le même jour alors qu’elle participait à un forum citoyen devant le palais de la culture Mohamed-El Aïd-El Khalifa. Brahami Mohamed Azzedine sera accusé de vol du sac à main de Sara Delloul qui a affirmé que l’accusé tentait de récupérer l’objet du vol présumé des mains d’un policier en civil qui a essayé de le lui arracher des mains. Dénonçant une cabale, Me Alla a estimé que ce sont les policiers qui avaient instruit ce dossier qui devaient être au banc des accusés. Pour lui, cette affaire revêt un caractère éminemment lié au Hirak et aux intimidations et harcèlements judiciaires dont sont victimes ces activistes. Le président d’audience a fini par lâcher que les choses étaient claires. Une perception qui a manifestement pesé dans la formulation de la demande du représentant du ministère public, à savoir l’application de la loi. L’affaire est mise en délibéré pour le 6 octobre.   Kamel GHIMOUZE


Liberté
Publié la première fois le 01/10/2020 11:30
Rapport généré le 23/10/2020
Presse algérie

Plus d'articles