Saturation des hôpitaux : Recours aux solutions palliatives


Saturation des hôpitaux : Recours aux solutions palliatives Mokrane Ait Ouarabi 02 juillet 2020 à 10 h 03 min 0 La fulgurante augmentation des cas atteints de la Covid-19 a provoqué un «cataclysme» dans certaines structures de santé. Face à l’indisponibilité des lits pour accueillir les cohortes de malades, on improvise ! C’est ainsi qu’à Kherratta, où le nombre de cas contaminés explose, des malades ont été transférés vers l’auberge de jeunes de la ville. Réaménagée pour la circonstance, cette auberge dispose de 20 lits et d’une équipe médicale. Le réaménagement d’autres édifices en centre d’accueil de malades atteints de la Covid-19 n’est pas à exclure si la situation s’aggrave davantage. Dans la wilaya de Sétif, où les structures sanitaires sont saturées, de telles solutions palliatives sont également adoptées. Ainsi donc, selon le professeur Riad Mahyaoui, chef de service réanimation au CNMS et membre du comité scientifique de lutte contre la Covid-19, l’hôpital de Sétif est saturé. Pour cette raison, des mesures ont été prises pour «pouvoir orienter des malades, qui n’ont pas besoin d’être hospitalisés, vers des lieux dédiés, notamment des centres de formation, des cités universitaires». Ce professeur propose même de transformer certains hôtels en centres d’accueil des malades. Selon lui, il n’y a pas d’autres solutions que de recourir à ce genre de structures pour désengorger les hôpitaux. A Oran aussi, cette option est sérieusement envisagée. Des salles des fêtes pourraient être utilisées comme centre d’accueil des cas contaminés non graves afin de soulager les structures sanitaires existantes et libérer de la place pour les cas à risques. Il faut souligner que l’aménagement de centre de soins dédiés aux malades atteints de la Covid-19 en dehors des structures sanitaires n’est pas propre à l’Algérie. Plusieurs pays dont les hôpitaux ont connu une saturation ont eu recours à ce genre de solution afin de pouvoir continuer à prendre en charge les malades. On a vu en Italie, en Grande-Bretagne, en Espagne, en Iran et aux Etats-Unis des centres de soins installés sous des tentes, dans des salles de sports ou carrément des stades. Mais il ne suffit pas de pouvoir aménager des espaces ou des édifices en centres d’accueil de malades, il faudra également pouvoir mobiliser les moyens humains nécessaires pour assurer le suivi régulier des malades. S’il est plus facile de créer des lits d’accueil en dehors des structures de santé, il reste difficile de trouver le personnel soignant pour garantir le suivi des malades et leur prise en charge. La tâche est encore plus compliquée quand on sait que les équipes médicales à travers l’ensemble du territoire national, qui travaillent d’arrache-pied depuis l’apparition de la pandémie en Algérie, sont aujourd’hui à bout. Cela s’ajoute aux cas de contaminations parmi le corps médical. Algérie


El Watan
Publié la première fois le 02/07/2020 11:03
Rapport généré le 06/08/2020
Presse algérie

Plus d'articles