L’hommage de son ancien élève Noureddine Melikchi, expert à la NASA


L’hommage de son ancien élève Noureddine Melikchi, expert à la NASA Noureddine Melikchi 02 juillet 2020 à 9 h 27 min 0 Le destin fait que certaines personnes viennent dans nos vies pour nous apprendre des choses qui marqueront de façon significative nos chemins. Monsieur M’hamed Trari en était. A travers cet écrit, je partage mon point de vue sur l’impact qu’il a eu sur mon parcours professionnel. M’hamed a été le professeur qui m’a initié pour la première fois au pouvoir magnifique et fondamental de la physique. C’est lui qui m’a introduit au travail de certains des plus grands physiciens que le monde ait connus : Newton, Mendelev, Ohm et bien d’autres. Il a été le premier professeur à inspirer en moi une curiosité pour les différents phénomènes physiques et chimiques qui se produisent dans la nature. Il m’a permis de me poser les premières questions sur ces phénomènes et sur le lien entre la physique et la chimie. M’hamed m’a appris à observer. Je me rappelle le cours où il a sacrifié une bouteille en verre pour nous montrer le déroulement en temps réel d’un transfert de pression à travers un liquide. Il l’a fait parce qu’il savait que les observations sont des outils pédagogiques puissants et efficaces. M’hamed était un professeur fascinant ; d’une rapidité de prestidigitateur pour effectuer des calculs mentaux. Il pouvait fournir une estimation assez précise du résultat d’une équation numérique compliquée en un temps record. Souvent, il donnait avec une précision étonnante un résultat bien plus rapidement que nous ne pouvions le faire en utilisant nos règles coulissantes ou même avec les quelques rares calculatrices qui étaient à notre disposition ! Son amour pour les chiffres et sa capacité à voir et à en extraire des points majeurs de scénarios complexes étaient probablement à l’origine de ce talent. M’hamed était un éducateur au sens le plus noble du terme. Ses cours avaient quelque chose de presque unique : plus de discussions que la «normale» pour ce niveau d’études. Il donnait ses cours avec la passion et l’enthousiasme qu’ont les grands hommes et femmes de ce monde. Il nous a fait découvrir bien plus que la beauté et la puissance de la physique : c’est dans sa classe que j’ai entendu pour la première fois le Boléro de Ravel. Il était un modèle pour moi et je pense pour beaucoup de ses élèves, toujours là pour aider, guider, encourager et conseiller. Il se souciait profondément du bien-être de ses élèves. M’hamed savait défier ses élèves avec respect et humour. Il nous a appris à aller chercher au fond de nous-mêmes pour trouver les questions qui nous intéressent. En fin de compte, peut-être nous a-t-il donné ce qui importait le plus : enrichir notre capacité à réfléchir ! Il l’a fait car il croyait en ses élèves et au pouvoir de la réflexion. M’hamed manquera à sa famille, ses amis, ses collègues, ses voisins et aux nombreuses générations d’élèves qu’il a enseignés. L’impact de son travail continuera de vivre avec nous, en nous et autour de nous. Que sa famille et ses proches trouvent le courage d’affronter le chagrin causé par la disparition de ce grand homme. On devait se voir à Alger fin juin de cette année, le destin en a décidé autrement. Allah Yerhamou oua iwessa3 a3lh. Noureddine Melikchi 26 juin 2020 Algérie


El Watan
Publié la première fois le 02/07/2020 10:27
Rapport généré le 06/08/2020
Presse algérie

Plus d'articles