Grand angle : Une détermination intacte


Depuis plus de 30 ans, la mission des Nations unies pour le référendum au Sahara occidental (Minurso) n’a toujours pas réussi à remplir l’objectif pour lequel elle a été créée en 1991. Le référendum d’autodétermination qu’elle avait pour mission d’organiser, suite à l’acceptation des propositions de règlements par le Maroc et le Front Polisario, attend toujours d’être tenu. Le Maroc et ses soutiens entravent la mise en œuvre de la résolution de l’ONU, sans pour autant que cela ne semble déranger le Conseil de sécurité. Plus grave encore, à chaque fois que les Sahraouis ont l’impression d’avoir réussi à franchir un pas en direction de leur droit inaliénable, les Marocains leur font faire deux pas en arrière dans l’espoir qu’ils finissent par renoncer à obtenir leur indépendance. La solution alternative proposée, le plan d’autonomie, est rejetée par les Sahraouis. Un rejet tout à fait compréhensible, dans la mesure où à travers cette option, on tente tout simplement de les spolier de leur droit légitime, reconnu qui plus est par les Nations unies et plusieurs pays du monde. Dans son discours prononcé à l’occasion du 47e anniversaire du début de la lutte armée sahraouie, le président Brahim Ghali a affirmé que le Front Polisario «ne peut accepter aucune solution qui ne garantisse pas le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et à l’indépendance». C’est dire que la détermination qui est à l’origine du déclenchement le 20 mai 1973 du combat pour la libération est intacte, d’autant que les Sahraouis ne demandent pas la lune. Pourtant, plus de 47 ans après le déclenchement de leur lutte, ils sont dans l’attente de la victoire qui parachèvera leur action. Plus encore, aujourd’hui, les Sahraouis se sentent frustrés parce que la Minurso n’a jusqu’à présent pas respecté son mandat. Et près de 40 ans après sa création, les Sahraouis se sentent trahis par la communauté internationale en qui pourtant ils continuent de faire confiance, car convaincus que le respect du droit international relève de sa responsabilité première. Leurs dirigeants réaffirment à chaque occasion la détermination du peuple sahraoui de poursuivre sa lutte contre l’occupant marocain. Et pour cause, si le peuple sahraoui a réussi à conquérir sa place au sein du concert des nations, il n’en demeure pas moins que les manœuvres du Maroc l’empêchent de parachever son combat. Mais qu’à cela ne tienne! «Quelle que soit la durée de la lutte, le peuple sahraoui continuera de lutter pour sa liberté et son indépendance», promettent les Sahraouis. Le Maroc finira par plier. Les victoires diplomatiques et juridiques remportées par le Polisario en témoignent. Nadia K.


El Moudjahid
Publié la première fois le 23/05/2020 01:00
Rapport généré le 26/05/2020
Presse algérie

Plus d'articles